Biographie

Dès l’âge de 5 ans, Pierre SCHOLLA manie craies et crayons de couleurs. A l’exemple de son père, qui à l’âge de 14 ans reçu un premier prix de dessin de la Ville de Paris, et fut relieur d’Art, SCHOLLA est hanté par le dessin.

Etudiant la lithographie, il obtient son C.A.P. sur les conseils de son père « pour assurer son avenir  » Il prépare les Arts et Métiers, et décroche un diplôme de dessinateur industriel et de menuisier-ébéniste, ce qui l’aidera dans la création de ses « objets-sculptures ». Muni du brevet des Arts et Métiers mais de plus en plus attiré par les Arts Plastiques, il prépare le concours d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Obstiné, il fréquente l’Académie de la Grande Chaumière et le Musée du Louvre où il réalise de nombreuses copies (Léonard de Vinci, Delacroix, Frans Hals, Boucher, Fragonard et bien d’autres).

Le conservateur du Musée de Buenos-Aires remarque son talent de copiste et veut l’emmener en Argentine. Hélas, le service militaire se profile à l’horizon et SCHOLLA doit refuser. Délaissant le concours d’entrée aux Arts Décoratifs, il préfère se lancer dans la vie active, persuadé d’apprendre plus rapidement sur le « tas ». C’est au cours de son travail, chez un décorateur de renom qu’il fait la connaissance du peintre Maurice UTRILLO qui l’invite à présenter quelques toiles lors de sa prochaine exposition. SCHOLLA a 20 ans ! En outre, il décorera les appartements des vedettes comme Jean-Pierre AUMONT et Maria MONTES stars internationales, et ceux du grand acteur japonais Sessue HAYAKAWA, vedette du film « le Pont de la rivière Kwaï ».

En 1965 à Paris Galerie Jean CAMION, rue des Beaux Arts, GIACOMETTI, admirant ses portraits, lui fait cadeau d’une oeuvre sur papier.

En 1966, à Cannes, il obtient le 2 ème prix de portraits de la Côte d’Azur. Cette même année à Vichy, il est LAUREAT du 1er Salon National des Beaux-arts.

En 1970, lors de son exposition avenue Matignon, également séduit par ses portraits, le célèbre affichiste Paul Colin, lui offre un dessin pour l’encourager.

En 1972, SCHOLLA est élu président de la Société d’Art de Corbeil-Essonnes invitant chaque année un artiste de renom : BRAYER, CESAR, CARZOU, FOLON, LORJOU, MATHIEU, etc…tous resteront ses amis. Très vite, cependant, une grande amitié le lie au peintre LORJOU, qui deviendra son confident, son guide, son défenseur.

Cette même année, il expose à Montparnasse, Galerie Présent Art, avec DALI, CARZOU, BUFFET, et LORJOU.

En 1980, Jacques TATI lui offre une caricature de Monsieur HULOT qu’il exécute après un dîner en tête à tête de près de 5 heures !

En 1984, Son ami CESAR lui présente un marchand franco-américain qui expose ses toiles à New- York dans un groupe avec LORJOU, CESAR, CHEN et Jasper JOHNS. Une exposition personnelle s’en suivra à la Lucia Gallery, à Soho. Frank SINATRA le plus célèbre crooner du monde l’emmène à HARLEM et le présente à ses amis musiciens et chanteurs du COTTON CLUB qui lui font un accueil enthousiaste.

En 1985, LORJOU l’incite à réaliser 10 grandes toiles de 3 m. x 2 m. sur les monuments de Paris, où il excelle. Toiles que LORJOU exposerait à Tokyo.

Hélas en 1986, LORJOU meurt subitement. Anéanti, SCHOLLA se réfugie dans le travail. Une véritable frénésie créatrice l’envahit. Il passe de la réalité poétique à l’abstraction lyrique, pratique le dripping. Georges MATHIEU, père de l’Abstraction Lyrique lui demande de le remplacer pour l’inauguration de la galerie YAMATO, grand honneur pour SCHOLLA, sachant que son mentor est présent dans plus de 70 Musées ou collections publiques dans le monde.

Dans les trois célèbres séries américaines “Dallas, Las Végas et Colombo” figurent trois
toiles de SCHOLLA.

De 1995 à 2004, il exposera ses œuvres dans de prestigieuses galeries avenue Matignon, Place Beauveau face à l’Elysées et chez Pétridès avec Maurice UTRILLO.

En 1997, à ATLANTA( U.S.A) se déroule le Salon International de la Sérigraphie. DUBOIS IMMAGERIE, éditeur de sérigraphies pour le MOMA de N.Y et du LOUVRE, présente une oeuvre de SCHOLLA. En concurrence près de 1000 peintres, graveurs et dessinateurs issus de 55 pays. SCHOLLA et Michel DUBOIS seront conjointement récompensés par un AWARD D’OR. Récompense prestigieuse.

En 1999, le Dictionnaire International BENEZIT, consacré aux peintres, sculpteurs et graveurs, mentionne le nom de SCHOLLA. Fait étant rarissime pour un peintre vivant.

A partir de 2002, SCHOLLA et son épouse ont l’honneur d’être invités à l’Ambassade du Japon pour fêter l’anniversaire de l’Empereur AKIHITO.

En 2003, NORODOM SIHANOUK  roi du Cambodge, grand admirateur de l’homme et de ses œuvres, le nomme Officier dans l’Ordre Royal du SAHAMATREI. Sa femme Elisabeth sera faîte Chevalier de Sa Majesté la Reine. Juste récompense d’une compagne exceptionnelle, qui joue son rôle d’égérie que tous les artistes amis du peintre lui envient pour son sens de la critique.

En 2004, Jean-Jacques AILLAGON, Ministre de la Culture le nomme Chevalier des Arts et Lettres. Décoration remise par le Sénateur Serge DASSAULT, Commandeur de la Légion d’Honneur.

Cette même année, la Société OFFICE SQUARE importante agence de publicité japonaise, reproduit 6 œuvres de SCHOLLA pour un calendrier édité à 100.000 exemplaires destiné à une firme internationale. En octobre dernier à ARTCURIAL, 6 œuvres furent présentées lors d’une rétrospective de l’artiste. Apercevant Elisabeth arborant une veste peinte par son mari, l’illustre couturière Madame CARVEN lui fit cette confidence : “dommage que je ne sois plus en activité, jeune homme, nous aurions travaillé ensemble”.

En 2013, le sculpteur BOTERO conquit par sa palette de couleur l’invite dans son atelier. Selon Carmen son assistante, seul peintre au monde à avoir eu cet honneur.

En 2013, Paris SCHOLLA expose à la galerie SINITUDE dirigée par les enfants de FAN Zeng, considéré comme le PICASSO de l’Asie.

En 2014, Claude PICASSO, fils du célèbre peintre contemporain acquiert une œuvre de SCHOLLA ainsi que plusieurs membres de sa famille.

En 2015, la Gazette Drouot, revue internationale, consacre 4 pages à la carrière de SCHOLLA le considérant comme un des 10 meilleurs peintre de Paris.

En 2017, Le Premier Ministre lui décerne la Légion d’Honneur en regard de son activité de faussaire durant la guerre 1939/1945, en servant la Résistance.

En 2019, François TAJAN, Président d’ARTCURIAL, première Maison de Ventes en France, présente une rétrospective de SCHOLLA, considérant qu’il est un des 10 meilleurs peintres français.

En 2020, pose d’une plaque commémorant l’inauguration de la Préfecture de l’Essonne en 1971. Elle est entourée par deux œuvres de l’artiste Essonnien Pierre SCHOLLA. Celles-ci symbolisant le drapeau français resteront en place de façon définitive, décision du Gouvernement.

En 2021, exposition personnelle au château de Chamarande, Centre Départemental d’Art Contemporain de l’Essonne.